www.Rouen-Histoire.com accueil   
   

Histoire du Carillon de Rouen

 

C'est en 1913 que commence l'histoire du carillon rouennais, et par celle d'une cloche unique dédiée au souvenir de Jeanne d'Arc dont le culte commençait à poindre. Cette "Jeanne d'Arc" devait prendre place dans la Tour de Beurre, à la place de la "Georges d'Amboise" disparue pendant la Révolution.
Le promoteur de l'opération, l'archevêque Frédéric Fuzet (1899-1915) en parla au pape Pie X, qui accepta d'être le parrain.
Mais, il ne put mener sa tâche jusqu'au bout. Il recula devant la charge financière que cela représentait et devant des interrogations techniques : la tour serait-elle assez solide pour supporter cette cloche de 20 tonnes ?
On décida donc d'installer la nouvelle cloche dans la Tour Saint-Romain où se trouvaient déjà quatre cloches.

Pour que Ta tour de Beurre ne restât pas muette, il fut décidé d'y construire un carillon complet de 29 cloches, avec clavier manuel pour les concerts et mécanisme automatique pour les heures.
On confia la fabrication de l'ensemble (comme pour le bourdon "Jeanne d'Arc") à la société savoyarde Paccard.
Mais survint la première guerre mondiale. Les cloches restèrent à Annecy jusqu'en 1920.
Le 29 avril de cette année 1920, l'ensemble cloche(1) et carillon furent reçus à Rouen. Ce ne fut pas l'archevêque Frédéric Fuzet, mais son successeur, Louis Dubois qui présida la cérémonie.
Il appartint à un carillonneur hollandais de Bois-le-Duc, M. Van Balkom, de jouer en premier au clavier de l'instrument.
Un projet d'agrandissement de l'instrument avait été prévu en 1937 et devait être inauguré en 1939 pour les 20 ans de l'instrument. Mais vint la guerre et le projet fut abandonné.
C'est en 1954 que le nombre de cloches fut porté à 50 (auxquelles il faut ajouter les 6 cloches à la volée)(2).


       Clavier d'origine
 
Le clavier d'origine était "à touches de piano" ce qui rendait difficile l'exécution et manquait de finesse(3). Il avait toutefois l'avantage d'être accessible à tout organiste, sans formation préalable.
Il fut remplacé en 1933 par un clavier "standard"(4) inauguré par le Directeur de l'école de carillon de Malines, Jeff Denyn. Derrière le banc, Maurice Lenfant a gravé un cartouche contenant son nom.

 
        Clavier actuel

Le carillon pouvait jouer automatiquement grâce à un ingénieux système composé d'un tambour muni d'un système d'horlogerie.
Le tambour avait été fourni par la maison Eisjbouts, d'Asten (Pays-Bas) L'horloge avait été installée en 1922 par M. Danner, horloger de la Ville de Rouen.
Le cylindre est large 1,20 mètre et pèse plus d'une tonne. Il est percé de 14.400 trous dans lesquels on peut mettre des fiches de métal.
Le système est donc identique à celui des petites boîtes à musique.
Les taquets agissaient sur des bascules qui, par l'intermédiaire de fils en acier, actionnaient des marteaux qui frappaient les cloches. Ces fils sont au nombre de 60 pour les 29 cloches d'origine. Certaines cloches sont dotées de plusieurs marteaux (jusqu'à trois) pour permettre la répétition rapprochée de certaines notes.
Muet pendant la seconde guerre mondiale, il n'a pu retrouver sa fonction à la Libération du fait de l'absence de courant électrique. Depuis, les injures du temps l'ont mis dans un triste état. Il vient d'être restauré et sera transféré dans la tour Saint-Romain.

 


Le carillon a fonctionné jusqu'aux années 70 du siècle dernier. Il égrenait les heures et les demi-heures et gratifiait les Rouennais de concerts réguliers.
Il avait connu ses heures de gloire de 1935 à 1937 lorsque Maurice Lenfant participa depuis son clavier rouennais à chaque représentation du "Vray mistère de la Passion" joué une trentaine de fois sur le parvis de Notre-dame de Paris. Une ligne téléphonique spéciale mise en place par les P.T.T. reliait les deux cathédrales et un haut parleur géant caché derrière la façade de la cathédrale parisienne apportait le son de notre cathédrale aux spectateurs.
 

2016 : Un nouveau carillon

En 2016, un nouveau carillon est en cours d'installation dans la tour Saint-Romain. Le premier concert est prévu pour les journées du Patrimoine de cette année.

Notes :
1 - La "Jeanne d'Arc", détruite lors de l'incendie de la Tour Saint-Romain, a été remplacée par une nouvelle cloche plus petite (10 tonnes) en 1963.
2 - C'est grâce en particulier au Syndicat d'Initiative, au Département, à la ville et à l'Épiscopat que ce complément a pu se faire.
3 - Il comportait 29 touches et une jeu de pédales de 9 notes.
4 - Il comporte 37 manettes et un jeu de pédales de 17 notes.
 
 
Bibliographie
Cloches et carillons, Bulletin religieux, 14/4/1920, p. 349.
Jouen (Léon), La "jeanne d'Arc" et le carillon de la Victoire, Bulletin religieux, 17/4/1920, p. 349. et 1/5/1920, p. 418-419.
Le carillon de la Cathédrale, Bulletin religieux, 30/9/1933, p. 792-793.
Le carillon de la Cathédrale - Inauguration des des travaux, Bulletin religieux, 7/10/1933, p. 815-816.
Le carillon de la Cathédrale de Rouen, Normandie publicité, 1930.Anonyme, Le carillon de Rouen, 1947.
Rouen, premier centre français du carillon, Bulletin religieux, 16/5/1936, p. 467-468.
Lenfant (Maurice), Le carillon de Rouen Rouen, Imp Journal de Rouen., 1937.
Maurice Lenfant est nommé expert carillonneur auprès de la Cour d'Appel, Bulletin religieux, 18/9/1937, p. 802.
Lenfant (Maurice), Le carillon de la Cathédrale de Rouen, Normandie publicité, 1930.
Le carillon de la Cathédrale transmis par TSF, Bulletin religieux, 5/5/1934.
Le carillon de la Cathédrale aux fêtes de Paris, Bulletin religieux, 8/6/1935.
Le carillon de la Cathédrale à l'exposition de Bruxelles, Bulletin religieux, 20/7/1935.
Anonyme, Le carillon de Rouen, 1947.
Parment (Roger, La ville aux cent clochers carillonnant dans l'air, Revue de Rouen, 5/9/1947, p. 25-26.
Lenfant (Maurice), Carillons, Revue de Rouen, n°35, 1950, p. 25-28.
Fleury (Daniel), La Jeanne d'Arc à la Cathédrale, Présence Normande, 22e année, n°5, 1929, 11-15.
Delarporte (Bernard), La Maîtrise Saint-Evode de la Cathédrale de Rouen, 1993.
Tanguy (Jacques), Rouen insolite et secret, Tome I, 2009.
Le renouveau du carillon de la Cathédrale, Tendance Ouest, n° 128 2015, p.8.
Le carillon va être restauré, Côté Rouen, n° 188 2015, p.25.
Massin (Fabien), Le carillon sonnera à nouveau, Côté Rouen, n° 189 2015, p.10.
Les cloches ont entamé leur voyage, Côté Rouen, n° 195 2015, p.16.
Un carillon à la pointe pour 2016, Tendance Ouest, n° 205 2015, p.4.
Les cloches du carillon de retour, Côté Rouen, n° 230, 2016, p.12.
Les cloches de retour à la maison, Tendance Ouest, n° 245, 2016, p.6.
 

 

Maurice Lenfant (1902-1979)

Elève de la Maîtrise Saint-Evode à la cathédrale de Rouen (de 1910 à 1914) Maurice Lenfant a suivi une formation musicale poussée qui fit de lui un organiste réputé. Il apprit la musique campanaire à l'Ecole de Carillon de Malines. Il était titulaire de l'orgue de l'église Saint-André à 13 ans.
Dès son inauguration, il devint titulaire du carillon de la Cathédrale de Rouen, ce qui ne l'empêcha pas d'exercer ses talents ailleurs : Titulaire du grand orgue de Saint-Clément (1925), Professeur de musique, fondateur de l'Ecole de Musique Charles-Gounod de Rouen (1926)
Son répertoire était pour le moins diversifié. IL mêlait les airs populaires (J'irai revoir ma Normandie, Les Cloches de Corneville) et thèmes savants (l'ouverture de Carmen, l'Adagio d'Albinoni, L'Arlésienne de Bizet, l'air de la Dame Blanche de Boieldieu).
On avait donné son nom au passage qui, au travers de l'ancien Palais des Congrès, reliait la rue Saint-Romain à la rue des Carmes.

© Copyright Jacques Tanguy, janvier 2011